La langue a été changé

Les Amis de la Nature à travers le monde

Babacar (Jeunes Amis de la Nature au Sénégal)

Vito (Jeunes Amis de la Nature au Sénégal)

Elman (Jeunes Amis de la Nature en Azerbaïdjan)

Aurora (Jeunes Amis de la Nature en Italie)

Qu'est-ce qui caractérise les Jeunes Amis de la Nature dans d'autres pays ? Quels sont les projets des Amis de la Nature à travers le monde ? Qu'est-ce qui nous différencie et qu'avons-nous en commun ? Pour répondre à ces questions, nous avons interviewé des Amis de la Nature du Sénégal, d'Azerbaïdjan et d'Italie.

Que défendez-vous en tant que Jeunes Amis de la Nature au Sénégal ?

Vito : Devenir un Ami de la Nature a été l'une des meilleures décisions de ma vie. Je suis utile en tant qu'Ami de la Nature, car je la protège et j'aide l'humanité. Cela me rend fier.

Babacar : Avec les Amis de la Nature, nous faisons beaucoup de bonnes actions. Dans notre institut, par exemple, nous organisons des sessions de sensibilisation à l'environnement ou des actions de plantation et d'entretien. En outre, nous organisons également des camps de vacances où nous éduquons les enfants à propos de la nature et de sa protection.

Que faites-vous concrètement avec les Amis de la Nature ?

Vito : Je participe à des projets de reforestation, je nettoie les forêts et j'organise des journées d'information dans mon université.

Babacar : Je suis membre des Amis de la Nature du Sénégal depuis janvier 2014 et je pilote le groupe de mon université depuis deux ans.

Parlez-nous brièvement d'un projet en cours.

Babacar : L'un de nos projets phares est la transformation d'une décharge de notre institut en un espace vert. Nous l'avons fait avec l'aide de nombreux étudiants qui voulaient un meilleur environnement. L'espace vert est maintenant appelé "la place verte des Amis de la Nature". L'institut y a également érigé un monument portant mon nom.

Y a-t-il une expérience de ce projet que vous aimeriez partager avec nous ?

Babacar : L´expérience de ce projet m´a fait réaliser que les gens se sentent plus liés à leur environnement lorsqu'ils vivent dans un environnement propre et bien équipé. Cela les motive à maintenir cet état idéal. Nous avons créé un lieu de rencontre et d'échange entre les étudiants. Grâce à la cohésion sociale qui en résulte, encore plus d'étudiants se consacreront à la conservation de la place.

Y a-t-il autre chose que vous aimeriez partager avec nous ?

Babacar : Je demande à tous les Amis de la Nature dans le monde de redoubler d'efforts pour protéger la nature. Le changement climatique continue d'avancer et de menacer notre chère planète.

Vito : Tenez bon, même sous la pression. Suivons ensemble le chemin qui unira tous les jeunes. Car c'est dans la communauté que réside la force.

Babacar et Vito, Amis de la Nature Sénégal


Que défendez-vous en tant que jeunes Amis de la Nature en Azerbaïdjan ?

Elman : Nous voulons encourager les gens à prendre leurs responsabilités vis-à-vis de l'environnement. Pour cela, nous travaillons avec des représentants du gouvernement, des médias, des organisations non gouvernementales et des étudiants. Nous nous engageons également en faveur du tourisme écologique et voulons que les moyens de transport écologiques soient encouragés. Lors de la fondation en 2008, nous étions même appelés le "Green Bikers Club".

Que fais-tu concrètement avec les Amis de la Nature ?

Elman : Après avoir commencé comme bénévole, je suis devenu membre du conseil d'administration en 2013 et j'ai mené des projets axés sur l'alpinisme, l'éducation à l'environnement, le cyclisme et l'écotourisme. Maintenant, je suis salarié et je travaille principalement comme guide touristique et sur des projets d'écotourisme.

Parle-nous brièvement d'un projet en cours.

Elman : Il y a notre campagne "Green Season". Les jeunes organisent une série d'événements sur la protection de l'environnement et la sensibilisation à l'environnement. Pendant trois mois, il y a beaucoup de formations et d'activités. Elles se déroulent non seulement à l'intérieur, mais aussi à l'extérieur, lors de randonnées, de jeux ou de cyclisme.

Y a-t-il une expérience de ce projet que tu aimerais partager avec nous ?

Elman : Nous organisons la "Green Season" chaque année depuis 2010. Les résultats ont été diffusés dans les médias et bien sûr par l'intermédiaire des participant·es. C'est formidable, car nous pouvons toucher encore plus de personnes pour la protection de l'environnement.

Y a-t-il autre chose que tu aimerais partager avec nous ?

Elman : Dans le cadre de la campagne, nous organisons également une conférence à laquelle nous aimerions vous inviter.

Elman, Amis de la Nature Azerbaïdjan


Que défendez-vous en tant que jeunes Amis de la Nature en Italie ?

Aurora : Nous défendons les jeunes qui ne peuvent faire autrement que de passer tous leurs moments libres dans la nature.

Que fais-tu concrètement avec les Amis de la Nature ?

Aurore : Je suis l'une des coordinatrices du groupe. Avec d'autres, j'organise certaines de nos activités et événements. Par exemple, notre réunion nationale, qui a lieu chaque année en septembre.

Parle-nous brièvement d'un projet en cours.

Aurora : Nous organisons actuellement une marche de sept jours de Bologne à Florence, deux des plus belles villes d'Italie. La randonnée a lieu en mai et de nombreux Jeunes Amis de la Nature y participent. J'espère que cela sera aussi merveilleux que je l'imagine.

Y a-t-il une expérience de ce projet que tu aimerais partager avec nous ?

Aurore : Pas encore. Mais j'ai acquis beaucoup d'expérience en travaillant en équipe et j'ai pu explorer à la fois mes points forts et mes limites.

Y a-t-il autre chose que tu aimerais partager avec nous ?

Aurora : Nous serions heureux de vous accueillir dans l'un de nos projets !

Aurora, Jeunes Amis de la Nature Italie

[extrait de : ke:onda, numéro 1/2017 "Voyage pour tous"]